David Esteban

Doctorant en Architecture - CRH - Architecte Urbaniste

Statut et établissement de rattachement :

Thèmes de recherches :
Thématique : transformation du territoire, procédure et processus, Agent/acteur, représentation des territoires, consensus et disenssus

Biographie

Je suis architecte diplômé d’État et urbaniste. Je réalise un doctorat en temps partiel.
Doctorant en 6e année, j’occupe actuellement des fonctions de chargés de mission dans les services d’aménagements de la communauté de communes de CAUVALDOR dans le Lot (46) en charge de l’élaboration des documents d’urbanisme (PLUIH notamment) et des opérations d’aménagement sur le territoire (OAP, Urbanisme Opérationnel).
J’ai également eu l’occasion d’enseigner dans les équipes pédagogiques de l’ENSA Toulouse de master et de licence pendant 6 ans, dans des enseignement de projet de séminaire et d’initiation à l’analyse urbaine.

Abstract projet de recherche :
Véritable bien commun, le territoire et ses transformations font l’objet de toutes les attentions. Contraints à l’ouverture, au partage, et à la participation les modes de productions urbains sont aujourd’hui en pleine mutation. Sujets à de nombreuses transformations, ces processus se complexifient, de nouvelles problématiques (participation, développement durable, etc…) et de nouveaux acteurs apparaissent (nouvelles professions). Mais malgré ces nécessités et les bonnes volontés affichées, la collaboration peine encore à s’installer dans la diversité des processus de transformations de l’espace. Les oppositions entre les systèmes de représentations et les intérêts différents conduisent à de grandes difficultés à faire consensus autour de transformations qui ne sont souvent qu’à l’état de projet ou de figuration.
Ces problématiques obligent alors à questionner ce que nous partageons concrètement de l’espace. Les usages, l’histoire, les mémoires, les représentations de celui-ci, oseront-nous dire une identité ? Objet de nombreux travaux, ces représentations constituent de véritables outils de recherche et d’investigation des processus de transformation de la ville.
En France, la métropole Toulousaine relève à la fois de l’exception dans son histoire urbaine et de l’ordinaire dans sa production urbaine. L’image de la « ville rose » laisse en marge de l’histoire beaucoup d’oubli qui oblige à questionner l’image contemporaine de la ville et son processus métropolisation. Retard, défiance de l’état, collaboration intercommunale « délicate », conservatisme et patriotisme régional exacerbé, sont autant d’éléments loin des strictes législations et des discours institutionnels policés. Cette recherche vise à faire émerger à travers l’exemple de la métropole Toulousaine et de ses difficultés à se moderniser, le rôle et les conditions d’articulations de ces représentations dans les processus de transformation d’un territoire, d’identifier à travers eux les blocages, les difficultés et les permanences des systèmes de représentation. Les objectifs de ce travail sont ainsi de deux ordres : - faire reconnaitre l’image comme un medium à intégrer dans les processus de médiation pouvant conduire à la soutenabilité d’un territoire et son partage, - et objectiver l’image contemporaine de la métropole Toulousaine afin de faire émerger les leviers d’une modernisation partagée.
La démarche de recherche nécessite dans un premier temps une objectivation des processus successifs de planification de la vile. Sur la base d’une analyse diachronique et synchronique une première étape s’attache à déconstruire les périodes de planifications successives. Le croisement des histoires (des politiques locales et nationales, des politiques urbaines, des cadres législatifs et de la culture urbaine architecturale) permet ainsi de mesurer les états d’avancement de la ville et d’en faire émerger ses conservatismes et ses tentatives de modernisation.
L’étude et la remise en cause du « roman local » de la métropole Toulousaine font ainsi émerger les conditions d’articulations des systèmes de représentation et selon l’hypothèse de cette recherche les stratifications de l’espace qu’elles produisent. Cette recherche se propose alors d’établir les processus d’articulation de ces représentations afin d’objectiver les rôles de ces représentations sur l’espace et ses transformations et de faire émerger les possibles leviers de l’établissement d’une image partagée d’un territoire support d’un urbanisme collaboratif.