Sur le même sujet
 

Lucie Bony

THERMAPOLIS

Un service public original entre histoire et devenir : Les bains-douches en France et en Europe de l’Ouest

Financeurs : Programme ANR Jeunes chercheuses et jeunes chercheurs.

Équipe : Lucie Bony (CR CNRS, CRH-Lavue), Marie Chabrol (MCF, Université Picardie Jules Verne), Judicaëlle Dietrich (MCF, Université Lyon), Arnaud Lemarchand (MCF, Université du Havre), Elise Roche (MCF, INSA Lyon), Claire Lévy-Vroelant (PR émérite, CRH-Lavue), Alex Soares.

Durée : 2020-2023

Carnet de recherche : https://thermapolis.hypotheses.org/

Le programme de recherche THERMAPOLIS analyse l’accès à l’eau dans les villes occidentales à travers l’exemple des bains-douches. L’enjeu est de connaître les usages et les usagers des bains publics, et de cerner les fonctions passées et présentes de ces institutions. Par la combinaison d’échelles d’observation et d’approches diachronique et synchronique, THERMAPOLIS propose de mieux comprendre la privation de l’accès à l’eau et les réponses qui y sont apportées dans le contexte urbain néolibéral de l’Europe de l’ouest, marqué depuis plusieurs années par la « crise des réfugiés » et depuis plusieurs mois par celle du « nouveau coronavirus ». La recherche croise deux entrées : par les politiques publiques anciennes et actuelles et par les expériences des usagers et des agents. Ce faisant, cette recherche mettra en lumière la tension entre deux types d’urbanité : la « ville exclusive », qui se ferme aux plus pauvres et la « ville solidaire ». Ce projet s’attachera aussi à décrypter les hybridations entre public et privé, institutionnel et associatif, dans les modes de gestion. À travers l’exemple des bains-douches, l’enjeu est de comprendre comment s’exprime la solidarité à différentes époques et dans divers contextes urbains. Il s’agit également d’analyser les expériences et les trajectoires des personnes qui ont un accès à l’eau réduit ou inexistant.

THERMAPOLIS ambitionne de contribuer à trois domaines de connaissance :

  • L’analyse des expériences et trajectoires des usagers des bains-douches contribuera à la connaissance de populations souvent invisibles, et à la consolidation scientifique de la notion de « précarité hydrique » en analysant ses articulations avec les autres formes de précarités ou vulnérabilités déjà repérées (économiques,résidentielles, énergétique, sanitaires, etc.).
  • L’étude comparative des modèles d’établissement de bains-douches, actuels ou passé, montrera l’importance des contextes locaux pour comprendre l’histoire et les enjeux contemporains de la gouvernance urbaine des services sociaux et de santé, qui se jouent entre privé et public et qui mobilisent des acteurs et des formes d’action et de gestion inédites.
  • Les carrières des bains-douches étudiés seront enfin de précieux indicateurs des changements urbains dans leurs dimensions urbanistique, architecturale, démographique, sociale et politique.
    THERMAPOLIS est caractérisé par son ouverture disciplinaire (géographie, histoire, sociologie, anthropologie, économie, architecture, philosophie) et méthodologique (questionnaires, entretiens, observation). L’approche par les archives permettra de construire des carrières d’établissements prenant en compte les contextes politiques, sociaux, économiques, idéologiques, dans lesquels elles se sont déroulées. Réciproquement, ces carrières renseigneront sur les changements intervenus dans les modes de vie, les représentations – notamment du corps, de la santé et de l’hygiène -, les mutations de l’accueil, des politiques sociales et urbaines. La dimension internationale (France, Belgique, Italie) permet de comprendre comment, à partir de la matrice originelle, des situations différenciées ont pu se développer.

L’équipe est portée par des chercheuses et chercheurs qui ont noué des liens solides sur les thématiques des vulnérabilités sociales. L’équipe intègre des chercheuses en Belgique et en Italie, qui ont déjà obtenu des financements dans leurs pays respectifs et piloteront localement leurs propres sous-équipes.

THERMAPOLIS se dote aussi d’un comité de partenaires institutionnels et associatifs, composé de personnes ressources avec lesquelles des liens ont déjà été tissés lors d’enquêtes exploratoires. Les actions de valorisation des résultats associeront les communications scientifiques traditionnelles (articles, colloque, ouvrage) et des formes plus artistiques (roman graphique, document sonore, exposition) à destination des enquêtés et du grand public, ainsi qu’une communication spécifique destinée aux pouvoirs publics.

Membres de l’équipe : Lucie Bony, Marie Chabrol (coord.), Judicaëlle Dietrich, Arnaud Lemarchand, Elise Roche, Claire Lévy-Vroelant, Alex Soares