Daniel Matus , Jean-Pierre Frey (dir.)

Diplômes et diplômés en urbanisme Paris 1922-1970

30-11-2018

Directeur de thèse : Jean-Pierre Frey

Discipline : Aménagement de l’espace, urbanisme

Année de soutenance : 2018

Année d’inscription : 2009

Université : Paris 10

École doctorale : Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent (Nanterre)

Jury : Le jury était composé de Jean-Pierre Frey, Gilles Novarina, Viviane Claude, Thierry Paquot, Catherine Bruant, Laurent Coudroy de Lille, Olivier Ratouis.

Référence HAL-SHS :

Résumé

Cette thèse vise à contribuer à la connaissance de l’École des Hautes Études Urbaines (1919-1924) et de l’Institut d’Urbanisme de l’Université Paris (1924-1919). Elle explore notamment les travaux de fin d’études, études menées entre le début des années 1920 et les années 1970. Ce corpus de travaux de fin d’études, c’est-à-dire, les thèses, font l’objet de la recherche de ce travail. Les thèses sont d’ailleurs l’aboutissement d’un parcours plus large qui mène à l’obtention d’un diplôme délivré par l’Université de Paris et qui prend le nom de « Diplôme d’étude spéciales d’Urbanisme ». Notre contribution cherche à rendre compte de la nature des exercices pédagogiques de fin d’études soutenus de 1922 à 1972, des profils des diplômés en urbanisme du XXe siècle et des relations entre les cours et les systèmes d’enseignement dans le champ particulier qu’est l’urbanisme. Elle a été réalisée dans différentes archives de Paris, mais principalement à partir des ressources de la Bibliothèque Poëte et Sellier, fonds historique de l’École d’Urbanisme de Paris (EUP), connu sous le nom de Fonds ancien de l’IUP.Les thèses étaient un produit spécifique de l’EHEU/IUUP et constituent un corps théorique essentiel et de référence qui donne des indices sur l’histoire de l’urbanisme en France et dans divers pays d’Amérique, d’Europe, d’Afrique et d’Asie, car, d’une part, elles s’inscrivent dans une longue période d’évolution des doctrines de l’urbanisme et, d’autre part, elles ont été réalisées par des étudiants venant d’horizons différents, qui, au fil du temps, ont tissé un réseau complexe de circulation de savoirs, de connaissances et de savoir-faire.