Sur le même sujet
 

Viviane André

Adaptation de l’habitat des petites villes et espaces ruraux franciliens au vieillissement de la population

Pour une approche spatiale du vieillissement dans le sud de l’Essonne

Directeur de thèse : Yankel Fijalkow

Date d’inscription : 2019

Discipline : Architecture et Ville

Financeur : Ministère de la culture

Établissement de rattachement : Université Paris Nanterre - École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Val de Seine

École doctorale : École Doctorale 395 - Milieux, Cultures et Sociétés du Passé et du Présent

La population française vieillit dans les grandes métropoles comme dans les petites villes et communes rurales. L’ « adaptation » de la société au vieillissement de la population interroge les professionnels de l’aménagement du territoire, effraie les maires de petites communes et intéresse de plus en plus les chercheurs. Cette problématique est particulièrement prégnante dans les petites villes et espaces ruraux, longtemps délaissés par la recherche et les politiques publiques, qui reviennent aujourd’hui au cœur des débats. Les recherches en sociologie, géographie et gérontologie ont largement renseigné les comportements résidentiels des retraités, l’évolution du rapport à l’espace au fil de l’avancée en âge et les nouvelles formes d’habitat qui émergent. En revanche, les recherches sur l’habitat, et notamment dans les écoles d’architecture, s’intéressent depuis peu aux questions du vieillissement de la population et à ses conséquences dans l’habitat ordinaire. Pourtant, si « l’occupation transforme l’espace et réciproquement », pour reprendre la formule d’Alain Bourdin (1984), nous sommes en mesure de nous demander quelles conséquences cette grande transformation démographique aura sur nos espaces habités. Nous nous intéressons plus particulièrement au cas du sud de l’Essonne, qui voit aujourd’hui sa population, pourtant historiquement jeune, vieillir rapidement. Dans quelles mesures la morphologie des petites villes et espaces ruraux franciliens s’adapte-t-elle au vieillissement de la population ?
Cette thèse en architecture et ville, croisant les méthodes de l’architecture, de l’urbanisme, mais aussi de la sociologie et de la géographie souhaite proposer une méthodologie d’analyse de l’espace qui serait adaptée aux questions que pose le vieillissement de la population. Son objectif est aussi de comprendre le rôle que les discours et représentations de la vieillesse, portés par les élus locaux comme par les habitants, peuvent avoir sur l’évolution des formes de l’espace habité. Interroger l’espace au travers du vieillissement peut finalement être l’occasion de renouveler les outils de lecture, car « Le handicap, le vieillissement et le grand âge sont des moments privilégiés pour observer et comprendre les enjeux vitaux de l’attachement au logement et les fonctions fondamentales qu’il garantit pour permettre à l’homme de rester vivant. » (Dreyer, 2013).