Une revue critique du programme « Minha, Casa, Minha, Vida »

Mercredi 16 novembre 2011

Date : mercredi 16 novembre 2011.

Horaire : 18h00.

Lieu : Amphi 180 à l’ENSA-Val de Seine.

Intervenant : João Sette Whitaker Ferreira, professeur à l’université de Sao Paulo et invité à l’IHEAL durant 6 mois, Joao Whitaker nous présentera ses travaux récents et en équipe du programme national de logements initié par le gouvernement Lula.

Discutant : Patrick Le Galès, Sciences Po.

Ma maison Ma vie Brésil : le gouvernement Lula/Dilma et les enjeux du logement

Le déficit de logement au Brésil se monte à près de 6 millions, c´est à dire que prés de 25 millions de personnes n´ont pas où habiter dignement. L´informalité urbaine se généralise, avec environ 40% de la population urbaine vivant dans des conditions précaires, près de la moitié dans les favelas. Le gouvernement Lula a donc du faire face à cet énorme défi. La solution proposée est le Programme Minha Casa Minha Vida, dont l´objectif était de produire 1 million de logements, objectif vite doublé lors de sa seconde phase. Aujourd´hui, les unités mises en chantier dépassent les 700 000, mais le prix urbain à payer est très cher. Pensé comme une alternative à la crise économique de 2009, le programme repose essentiellement sur la dynamisation du marché de la construction privée. Le marché immobilier privé, bénéficiant d´une régulation très libérale et peu sévère, vit un moment d´ébullition. Cependant, tout en répondant, dans les apparences, au défi du logement, le Brésil pourrait être en train de fabriquer une bombe urbaine, sociale et environnementale à retardement, dont les conséquences se feront sentir dans les générations à venir.