Caroline Rozenholc-Escobar (dir.), Tufano Antonella

Tel-Aviv, Ville blanche

La construction d’un objet patrimonial et ses effets sur le développement de la ville

Date de parution : 2018

Éditeur : L’Espace
géographique

Tome : 47

Volume : 4

Pages : 346-361

Résumé :
En 2003, Tel-Aviv est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco pour son architecture et son urbanisme modernes. Cette date est décisive pour l’histoire de la ville et pour sa mise en récit, comme pour les pratiques relativement libres de transformation des immeubles dits Bauhaus et de la surélévation de certains logements. Ces modifications sont alors interdites par les règles d’urbanisme, alors que, dans le même temps, certains bâtiments inscrits sont surélevés de plusieurs étages et de très nombreuses tours construites. L’étude de Tel-Aviv permet, de ce point de vue, de répondre à une question d’ordre général sur le classement au titre du patrimoine et sur les effets paradoxaux de la patrimonialisation en milieu urbain, dans un tissu qui se densifie et se transforme très rapidement, alors que des mesures conservatoires sont prises à son endroit.