Sur le même sujet
 

Xavier Lagurgue

Murs habités

Pour une éco-esthétique du vivant

Directeur de thèse : Martine Bouchier

Co direction : Philippe Clergeau

Discipline : Architecture

Année d’inscription : 2015

Université, école doctorale : MCSPP ED395, Université Paris OUEST Nanterre-La Défense, CRH LAVUE UMR CNRS 7218 ; Co direction : Muséum National d’Histoire Naturelle, Département Ecologie et Gestion de la Biodiversité. UMR 7204.

Résumé

Murs habités
Les « murs habités », communément appelés « murs végétalisés », permettent, avec une très faible emprise au sol, de renforcer la végétalisation des milieux urbains. Ils contribuent, au même titre que les toitures végétalisées à l’adaptation des villes au changement climatique, à la résorption des îlots de chaleur, à la lutte contre l’effondrement de la biodiversité. Il existe de nombreux types de murs végétalisés, des plus artificiels et des plus onéreux sur lesquels les végétaux poussent en hydroponie, quasiment sans substrat, aux plus spontanés qui se développent naturellement en dehors de toute intervention humaine, dans les joints ou les fissures des murs. Chaque dispositif apporte sa contribution à la présence de la nature en ville pour un coût donné. Notre sujet concerne ainsi l’écologie urbaine d’une part, l’architecture d’autre part. Il consiste à étudier, la capacité du bâti à accueillir, sur ses surfaces extérieures, une nature aussi autonome que possible, qui ne coûte rien ou peu et apporte à la ville de multiples services écologiques.

Summary
The "green walls" allow, with a very small footprint, enhance greening urban areas. As the green roofs, they contribute to the adaption of cities to climate change, to the reduction of heat islands, to the fight against the collapse of biodiversity. There are many types of green walls, from the most expensive, on which plants grow almost without substrate, to the more spontaneous on which vegetation develop in joints or cracks, naturally, without any human intervention. Each device contributes to the presence of nature in the city for a given cost. Our subject thus relates to urban ecology and to architecture. We study wall’s ability to welcome vegetation as independently as possible on its external surfaces, for increasing benefits of ecologic services for the city.