Sur le même sujet
 

Nathalie Gal

Les paysages d’après

Interstices urbains et espaces délaissés comme terrain d’émergence de nouvelles pratiques d’aménagement

Directeur de thèse : Jean-Pierre Frey

Discipline : aménagement - urbanisme

Année d’inscription : 2013

Université, école doctorale : Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Ecole doctorale 395 - Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent -

Résumé

Les interstices urbains et espaces délaissés offrent des possibilités d’expérimentation en aménagement que les espaces urbains dits majeurs ne permettent pas ou plus, pour des raisons diverses : cadre rigide et formel des méthodes de projet et des marchés publics qui empêchent certaines formes de création ou d’initiatives, normalisation et réglementation des espaces publics qui restreignent les libertés et les usages ; processus de projet qui ne correspondent plus aux aspirations en matière de démocratie locale…

Cela se traduit aussi bien dans les pratiques des usagers que dans celles des concepteurs par la recherche d’espaces d’un autre ordre, parfois en marges, pour exprimer ce qui ne peut pas ou plus l’être dans le reste de la ville. Les espaces délaissés, regroupant les délaissés d’espaces publics, les résidus d’infrastructure, les friches de toutes natures, sont ainsi devenus ces dix dernières années un terrain foisonnant d’innovation et d’expérimentation en matière d’aménagement. Les propositions y tiennent parfois de l’installation et de l’événementiel, et ont pour point commun une réappropriation citoyenne, voire militante, de l’espace, en forte prise avec leurs contextes : économique (prenant en compte la raréfaction de l’argent public et du foncier), social (impliquant les riverains et populations résidentes), spatial (s’appuyant sur les matériaux et ressources disponibles sur place).

Ma thèse explore l’hypothèse que les interstices urbains sont un laboratoire de l’aménagement, permettant de remettre en question des façons de faire, des méthodes institutionnalisées (comme celle du projet urbain ), de tester de nouveaux processus de projet. Ces expériences peuvent éclairer les professionnels et les décideurs dans un contexte d’exigences croissantes en matière de sobriété énergétique et économique, de résilience, de recherche de confort climatique ou encore d’implication citoyenne. Nous démontrerons au moyen de projets s’appuyant sur des interventions aménagistes en espaces délaissés, qu’il est possible, voire nécessaire de tirer des enseignements de ce type d’espaces.