Sur le même sujet
 

Martine Bouchier

La réception de l’art par Dominique Berthet

Territoires Esthétiques - mardi 28 février 2017

Lieu : ENSA Paris-Val-de-Seine 3-15 quia Panhard et Levassor 75013 Paris
Métro : Ligne 14, Bibliothèque François Mitterrand, Bus : 325, Tramway T3a

Horaires : 9H30 à 12h30 - salle 705 7e étage

Intervenant : Dominique Berthet Directeur de la revue « Recherches en Esthétique »

Organisateurs : Séminaire doctoral « Territoires esthétiques » Martine Bouchier (ENSAPV et ED 395) et Dominique Dehais (ENSAN)

Site web : www.territoiresthetiques.com

Résumé

La réception de l’art est un thème de réflexion particulièrement riche en raison des différents aspects qu’il recoupe. Il concerne ce qui relève du goût, de la subjectivité, de l’émotion, du sensible. Il questionne aussi l’interprétation, considérée parfois comme un prolongement de l’œuvre, voire comme un achèvement possible de celle-ci. Il renvoie également aux questions liées, entre autres choses, à l’étonnement, à la surprise, au trouble, au choc, à la provocation, au scandale, et par voie de conséquence à toute forme de réaction de la part du public, des institutions et des autorités.

Ce thème vise principalement le spectateur, mais il concerne également l’artiste et l’œuvre. La position de l’œuvre est centrale. Le créateur réalise (ou fait réaliser) une œuvre qui résulte d’une démarche, d’une intention, d’un projet, d’un processus. Ce que l’œuvre devient, une fois présentée au public, échappe à son auteur. De plus, un monde sépare parfois l’intention de l’artiste de la réception qu’en fait le public. Production et réception relèvent en réalité de deux mondes distincts. La question est de savoir s’ils sont compatibles. Au bout du compte, l’œuvre réalisée par l’artiste est-elle la même que celle que découvre le public, ou bien est-elle le lieu d’un malentendu ?

Une production artistique dont la réception débouche sur une acceptation, une approbation, une adhésion de la part du public, suscite sans doute moins de curiosité qu’une autre qui provoque au contraire des réactions d’incompréhension ou de plus ou moins franche hostilité. Ce qui retient l’attention est une réception qui pose problème ou du moins qui pose question. Ces œuvres faisant débat, à l’origine de controverses sont d’ailleurs fort nombreuses dans toute l’histoire de l’art.

Dominique Berthet est professeur des Universités, enseigne l’esthétique et la critique d’art à l’Université des Antilles. Actuellement Directeur de l’Ecole doctorale 588. Fondateur et responsable du Centre d’Études et de Recherches en Esthétique et Arts Plastiques (CEREAP). Fondateur et directeur de la revue Recherches en Esthétique. Membre du CRILLASH (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines, EA 4095). Chercheur associé à l’Institut ACTE (UMR 8218 / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / CNRS), où il co-dirige la ligne de recherche transversale « Créations insulaires ». Critique d’art, membre de l’AICA-France. Commissaire d’expositions.

Publication de Dominique Berthet
-  Pour une critique d’art engagée, Paris, L’Harmattan, coll. « Ouverture philosophique », 2013
-  Pratiques artistiques contemporaines en Martinique, Paris, L’Harmattan, coll. « Local et global », 2012
-  Ernest Breleur (Monographie), Paris, HC Editions, 2008
-  André Breton, l’éloge de la rencontre. Antilles, Amérique, Océanie, Paris, HC Editions, 2008
-  Hélénon, « Lieux de peinture » (Monographie), (préface Edouard Glissant), Paris, HC Editions, 2006
-  Les défis de la critique d’art, Paris, Kimé, coll. « Esthétiques », 2006
-  Les corps énigmatiques d’Ernest Breleur, Paris, L’Harmattan, coll. « Les arts d’ailleurs », 2006
-  Les Bois sacrés d’Hélénon (avec Patrick Chamoiseau), Paris, Musée Dapper, 2002
-  Proudhon et l’art, Paris, L’Harmattan, coll. « L’art en bref », 2001
-  Le P.C.F., la culture et l’art, Paris, La Table Ronde, 1990

Conférence suivie d’un débat

Prochaine conférence 21 mars 2017 : Contre la Bienveillance par Yves Michaud, philosophe