Sur le même sujet
 

Caroline Rozenholc

La plaine d’Achères : Réflexions sur un espace entre-deux

Date de parution : 2014

Éditeur : Carnets de géographes

Rubrique : Carnets de terrain

Pages : 21 p.

Résumé

Cet article fait suite aux propositions de l’équipe du laboratoire de recherche ACS (ENSA Paris-Malaquais) dans le cadre de l’Atelier International du Grand Paris (AIGP) depuis 2008. Il reprend également le travail que les chercheurs d’ACS mènent sur les Entre-Lieux au sein du programme ANR TerrHab « De l’habitabilité à la territorialité (et retour) : à propos de périurbanités, d’individus et de collectifs en interaction » (UMR Pacte – Université de Grenoble). Sur la base de ces travaux, il s’agit dans cet article de conduire une double investigation théorique et de terrain pour, d’une part, reconnaître, décrire et comprendre des pans entiers de
territoires périurbains délaissés ou décriés et, d’autre part, pour évaluer leurs capacités de transformation, voire de métamorphose. Le premier volet de l’article tente de fédérer ce qu’il y a de commun entre des expressions cherchant à qualifier ces espaces – non-lieux, friches, terrains vagues, vides ou délaissés – pour en déceler les potentialités. Le second volet est une application de cet outil théorique à une commune du Grand Paris, Achères, une ville de 20 000 habitants située dans les Yvelines. En conjuguant ces deux volets, nous proposons un mode d’analyse de terrain et une grille de lecture des entre-deux, dans leurs dimensions spatiales et dans leurs dynamismes temporels.

Document-joint
La plaine d’Achères
(PDF - 1.9 Mo)