Sur le même sujet
 

Claire Lévy-Vroelant

L’incendie de l’hôtel Paris - Opéra 15 avril 2005

Enquête sur un drame social

Date de parution : 22/03/2018

Éditeur : Créaphis éditions

Collection : Collection format passeport

Nombre de pages : 480

ISBN : 978-2-35428-129-8

Domaines : Sociologie urbaine

Résumé

Que valent des vies humaines ? Dans la nuit du 14 au 15 avril 2005, un hôtel meublé, géré par le Samu social, habité par des familles, la plupart originaires d’Afrique, flambait à Paris près des Galeries Lafayette. Vingt-quatre personnes, dont onze enfants, y laissent la vie. Il fallait en témoigner, ne pas laisser s’installer l’oubli. En avril 2010, lors d’une rencontre commémorative dans le square de la Trinité, où s’élève la stèle portant le nom et l’âge des victimes, Aomar Ikhlef, porte-parole et fondateur de l’Association des familles des victimes, et Claire Lévy-Vroelant, la sociologue des hôtels meublés, ont décidé du projet dans ses grandes lignes.
L’épreuve des deuils, l’interminable marche de la justice, la solidarité, les espoirs et les combats, ne pouvaient être narrés, décrits, écrits, que par ceux-là mêmes qui les avaient vécus. Le désir de passer outre les formes canoniques de l’analyse sociologique a permis d’ouvrir un espace de parole dont ceux qui acceptaient de témoigner étaient entièrement les maîtres. Le pacte d’écriture a nécessité du temps, de la clarté et de la confiance.
Enregistrés et réécrits, ces récits ont pris corps, dessinant des lignes de vie et de migration confrontées à la violence d’un système. Fidèle aux objectifs de départ, ce livre témoigne du désir partagé de rendre publique une expérience extrême et de donner lieu et sens à une mémoire de l’événement. Quinze hommes et femmes racontent, cheminant à travers les mots pour exprimer l’indicible. Ces témoignages sont leur oeuvre, tissée à plusieurs mains.
Claire Lévy-Vroelant, sociologue de l’habitat et de la ville, enseignante et professeur à l’université Paris 8. Au cours de ses très nombreuses recherches et publications, Claire Lévy Vroelant s’est d’abord interrogée, d’un point de vue démographique, sur les mouvements et la constitution de populations aux XIXe et XXe siècles puis, à une échelle plus humaine, sur les situations des individus et de leur famille dans l’univers de la ville.
La question de la place faite aux nouveaux venus et aux étrangers dans la société urbaine se situe dans le cadre plus global des questions liées à l’histoire des migrations contemporaines. Logiquement, les interrogations sur les mobilités résidentielles en France et en Europe sur une longue durée ont développé en elle non seulement l’expertise mais aussi le goût pour la nature des relations entre déplacement, logement et dynamiques familiales.
Ces études conduisent aussi à l’interprétation, par les politiques publiques, des ruses et adaptations de la famille. Ces questions sont approchées aujourd’hui sous l’angle des politiques de logement et des politiques sociales (logement social, protections, interventions sociales), mais aussi sous celui des solidarités ordinaires intégrant la question des mémoires dans la fabrication plurielle de la société urbaine.
Depuis janvier 2014, elle coordonne la recherche « Penser la ville contemporaine » à la Maison des Sciences de l’Homme de Paris Nord. Elle est aussi membre du Conseil scientifique du Centre de recherche sur l’habitat, CNRS et membre du Conseil de l’Ecole Doctorale Sciences sociales de Paris 8 Saint-Denis. Elle a notamment publié aux éditions Créaphis Hôtels meublés, Enquête sur une mémoire de l’immigration, avec Céline Barrère (2012) et Une chambre en ville.
Hôtels meublés et garnis à Paris, 1860-1990, avec Alain Faure (2007).