Sur le même sujet
 

Ioana Iosa (dir.), Ioana Iosa (dir.)

L’Héritage urbain de Ceausescu : fardeau ou saut en avant ? Le Centre civique de Bucarest

Éditeur : L’Harmattan

Collection : Aujourd’hui l’Europe

Date : 1er février 2006

Nombre de pages : 177 pages

ISBN : 978-2296001091

En 1989, le communisme s’effondre en Roumanie, ainsi que dans toute l’Europe de l’Est. Les Roumains héritent d’un bâtiment dont la surface le place au second rang mondial, ainsi que d’une des plus grandes avenues au monde. Il s’agit respectivement de la Maison du peuple et du boulevard de la Victoire du socialisme, réunis en un ensemble appelé le Centre civique de Bucarest. Celui-ci semble, de nos jours, faire figure de favori dans la plupart des présentations de la Roumanie et certains analystes en font un symbole et un motif de fierté pour les Roumains.
Il s’agit ici de situer le Centre civique dans le contexte (politique, idéologique et urbain) de sa création et de suivre ses modifications de sa naissance jusqu’à nos jours - planification, réalisation, stratégies de développement officielles et modifications mineures spontanées - afin de comprendre quelles sont les formes d’appropriation et de réinvestissement par la société roumaine actuelle de l’espace hérité du régime déchu en 1989. Plus exactement, il s’agit de faire ici une analyse des métamorphoses de l’architecture et du sens de cet ensemble architectural et urbain, sur fond de bouleversements politiques et de passage au libéralisme. Cela par le biais d’une réflexion sur ce qu’est « la monumentalité » dans le contexte roumain.