Sur le même sujet
 

Yaneira Wilson

Journée d’étude : Dessiner l’appareil productif des sociétés de basse énergie — An 2, la production

La production du logement social au Venezuela

Lieu : Manufacture des Capucins — Vernon (27)

Date : Dimanche 18 octobre 2020

Horaires : 9h - 18h30

Organisateurs : Xavier Wrona et Manuel Bello - ENSASE ; Organisée par l’Ensase avec le soutien de la Manufacture des Capucins, de l’agence d’architecture MWAH et du Centre Jean Pépin.

Résumé

Depuis les années 50, le tissu urbain de la métropole du Grand Caracas, est caractérisé par les « logements informels » sur tout son territoire. Ce que l’architecte Marco Negrón décrit comme une période de « schizophrénie urbaine » et qui peut se lire comme un exemple d’une politique publique de fait, non promulguée par l’État avec une production de logement social très faible.

Pour répondre à cette problématique, la conception de l’architecture et de l’urbanisme s’est davantage inspirée de modèles européens (notamment le Mouvement Moderne et la CIAM), que du modèle nord-américain. Les entreprises du BTP étrangères étaient très présentes et visible, à l’image de l’économie pétrolière du pays, très internationalisée.

Dans ce contexte, en 2011, et suite à une succession d’événements climatiques, le programme de logement social Gran Misión Vivienda Venezuela (GMVV) est déclenché. C’est un programme qui s’adressait en priorité aux familles les plus défavorisées. Et c’est la première fois qu’apparait une initiative de construction de masse sur tout le territoire avec une contrainte inédite de célérité : 3 millions de logements à construire en 10 ans, avec une augmentation a 5 millions du logement d’ici à 2025, pour un parc immobilier existant de 8 millions du logement au niveau national.

Propos de la journée :
La manière, les outils et les méthodes employés pour produire les objets qui constituent notre culture matérielle contemporaine reposent sur une mobilisation totale des ressources détruisant à une vitesse exponentielle l’ensemble des mondes vivants. Nous nommerons l’ensemble de ces modes de production « l’appareil productif contemporain ». C’est cet appareil productif qu’il s’agit ici de transformer. Les travaux du philosophe Pierre Caye envisagent la discipline architecturale d’une manière différente de celle à laquelle nous sommes historiquement accoutumés. Plus que la discipline en charge de la production de bâti, l’architecture pour Caye est un âge des sociétés, un mode de production révolu d’une culture matérielle de basse énergie. Ainsi, l’architecture est envisagée comme un appareil productif non destructif en capacité de produire de la durée et de l’espace. Cet énoncé a été le point de départ d’un projet quinquennal de recherche visant à appliquer la pensée architecturale à la réforme de l’appareil productif contemporain intitulé : Dessiner les sociétés de basse énergie.