Sur le même sujet
 

Yankel Fijalkow (dir.), Anne-Laure Jourdheuil (dir.)

Innovation, création et labels

Mardi 17 mars 2015

Lieu : amphi 120

Horaire : 14h-18h

Organisateurs : Yankel Fijalkow et Anne-Laure Jourdheuil

Dans la production du cadre bâti, les labels et certifications, de pratiques, d’organisations, de matériaux ou de techniques constructives par exemple, sont la garantie de la conformité à des réglementations, des normes et une certaine qualité. Le label peut à la fois être vu comme vecteur de diffusion et de validation d’innovation et comme participant à une certaine standardisation de la production.
La séance aura donc pour objet de mettre en débat, entre chercheurs et concepteurs, les questions suivantes : en quoi la labellisation et la certification, tant des projets réalisés que des processus de production, participe à une diffusion de l’innovation dans l’ensemble de la filière mais également par cette diffusion notamment à une certaine standardisation des processus et productions.

Intervenants

-  Yankel Fijalkow (sociologue, professeur en étude urbaines - CRH-LAVUE, ENSAPVS) « Introduction » « Histoires de normes : un enjeu pour l’habitat »
-  Brice Laurent (ingénieur, sociologue, chargé de recherche - Centre de sociologie de l’innovation), Alexandre Mallard (sociologue, directeur de recherche - centre de sociologie de l’innovation) et Aurélie Tricoire (centre scientifique et technique du bâtiment) : [1]
-  Xavier Lagurgue (enseignant, architecte - ENSAVS) : « HQE histoire d’une norme »
-  Catherine Carpentier (maître de conférences - agence Emmanuelle COLBOC) : « Normes et logements font-ils bon ménage ? »
-  Édith Akiki (bureau d’étude Tribu) : « Appels d’offres, quelle stratégie des maîtres d’ouvrage aujourd’hui : labels, HQE, développement durable ou coût global et investissement optimisé ? »

Conclusion

-  Nadine Roudil (sociologue et photographe, chargée de recherche au département Économie et sciences humaine CSTB – Lavue)

[1«  L’intervention publique dans l’émergence des labels. Le cas des labels de performance énergétique pour la construction durable  »