Sur le même sujet
 

Caroline Rozenholc

Entre exotisme et nostalgie.

Florentin : globalisation d’un quartier « authentique »

Date de parution : 17 mars 2009

Éditeur : Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Pages : 14 p.

Résumé

En 1992, la municipalité de Tel-Aviv Jaffa, sollicitée par un groupe d’habitants décide d’investir dans le quartier de Florentin. Florentin est alors un des quartiers les plus pauvres de la ville et témoigne, comme l’ensemble de la zone administrative sud, d’un état de forte dégradation. En quelques décennies, le quartier aura en effet été littéralement déserté par sa population, laissant vacants des centaines de logements progressivement investis par de petites industries. Le potentiel du quartier est pourtant évident – architecture unique et forte densité commerciale – et les réhabilitations réussies des quartiers de Neve Tseddek et de Sheinkin encouragent les autorités à « remettre Florentin sur la carte ». Cinq ans plus tard, Eytan Fox – plus connu aujourd’hui pour son film « The Bubble » – prend le quartier comme toile de fond pour réaliser une chronique de la jeunesse israélienne : « Florentin ». Pendant trois ans, cette série télévisée va obtenir une audience nationale confirmée par une rediffusion récente.
Florentin est alors consacré comme un espace « à part » et devient emblématique d’une urbanité alternative. Paré d’une aura d’exotisme, renforcée par la présence de nombreux migrants africains, Florentin devient ainsi le lieu d’une certaine culture israélienne : celle d’une génération ouverte à l’altérité et qui, tout en étant ancrée dans la réalité du pays, se projette au-delà de ses frontières. Mêlant sens et temporalités, une conjoncture particulière fait donc émerger Florentin comme un label ; vivre à Florentin devient une véritable « déclaration d’intention ».
En transition vers une gentrification évidente, comment ce quartier, longtemps marginalisée et qui n’est inclus dans les limites administratives de Tel-Aviv que depuis les années 50, en est venu à former une entité à part entière au sein de l’agglomération et à promouvoir l’identité globalisée de la ville ? Pour répondre à cette question, et pour contribuer à celle plus vaste de l’attachement au lieu dans la mondialisation, Florentin sert d’ancrage à une réflexion sur le quartier qui permet d’alimenter, entretiens et observations à l’appui, le débat entre tenants de l’hyper-mobilité et des non-lieux et ceux d’une territorialité au fondement de la géographie et de l’urbanité. Florentin, espace complexe et stimulant, et dont on peut multiplier les « entrées », semble alors indiquer une troisième voie ; celle d’un lieu défini et ouvert où s’articulent, sans s’effacer, des temporalités et des perceptions du lieu distincts et propres, même si parfois partagées, à chacun.

Abstract

At the beginning of the 90s, the Municipality of Tel-Aviv, approached by a small group of inhabitants of Florentin neighbourhood, decides to invest in it. Florentin, at the time, is one of the poorest areas of the city and alike the whole South of Tel Aviv, it is in an advanced state of deterioration. Over the last twenty years, buildings had fallen apart and all the population who had opportunities to leave the neighbourhood found better dwellings. At the time, the potential of the neighbourhood is nevertheless clear to the authorities – due to its peculiar architecture and the interesting mixture of residential and commercial activities – and the successful rehabilitations of both Never Studded (the first Jewish neighbourhood out the walls of the ancient Jaffa) and Sheinkin street (today a very hype place to hang out) stimulate the Municipality to “put Florentin back on the map”. This is a radical step as for few decades Florentin remained very much at the margins of the city, in between Tel-Aviv and Jaffa, only loosing population and gaining in polluting activities, such as small industries and manufactures. After few years of drastic investments, and due to an economical crisis, all initiatives remain pending. In 1997, the Israeli film director Eytan Fox– today known for his movie “The Bubble” depicting the in- a-bubble-like life in Tel-Aviv, detached from the ongoing conflict in the region – innovates by producing on the first commercial channel of Israel a serial depicting the Israeli youth : “Florentin”. This chronicle obtains, over three years, a national audience turning Florentin into the most known neighbourhood of the country. Florentin is pictured as the space of an alternative urbanity. And it does become, exotic and different, the emblem of a 2 certain way of life, of a certain Israeli young culture. The culture of a youth that is both very much anchored and connected to its place, to the country, but is simultaneously setting itself free and projecting itself over the national borders, all the way to New York or Goa, Soho, Lower East Side and so on.
Produced by a circulation of meaning, “Florentin” turns into a label and happens to become more than a place. Florentin becomes a statement. How then, as a multiple entries space, marginalised and more recently gentrified, Florentin became to be considered a distinct entity among the globalized agglomeration of Tel-Aviv ? To answer this question, and wishing to contribute to the ongoing debate between globalisation as hyper-mobility, networks and non-places and globalisation as inducing a new territoriality, even if still considered a condition sine qua non of geography and life in the city, and place as significant and defined, loaded with specific atmospheres. Florentin, a complex space made of many layers of history and meaning, shows a third path and demonstrates to be a defined but open place, where different temporalities and scales articulate more than they supplant one another. If this is true, it is also subject to changes as the place is changing fast and ne gentrified population setting in the neighbourhood are weighting much in the definition of the identity of the place. This moment is then, to the joy of the researcher, presenting the particularities of transitions in action.

Document-joint
CR-BCRFJ-19
(PDF - 1 Mo)