Sur le même sujet
 

Benjamin Leclercq , Agnès Deboulet (dir.)

Déléguer la gestion des conflits sociaux

Sociologie de l’intermédiation sociale dans les quartiers “difficiles”

Directeur de thèse : Agnès Deboulet

Discipline : Sociologie

Année d’inscription : 2014

Université : Université Paris 8

Ecole doctorale : ED 401

Résumé

À partir d’une recherche en immersion chez un prestataire associatif pour des organismes HLM, la thèse analyse les pratiques des professionnels du développement social urbain dans des grands ensembles d’habitat social de la banlieue parisienne. Dans un contexte de transformation urbaine passés, en cours ou à venir, des interventions sociales à destination des locataires sont légitimées par des constats de déficit de régulation sociale au sein des immeubles, laissant place à une « banalisation » des incivilités (jets de déchets par les fenêtres, souillures dans les espaces collectifs…). La recherche interroge en quoi le traitement public de ces incivilités sert alors d’instrument de (re)légitimation et de négociation des normes véhiculées par les institutions d’intégration auprès des habitants du parc social. Cette production normative révèle en situation des niveaux d’affiliations et de rapports aux espaces partagés différenciés entre les résidents. Si ces divergences sont le reflet de conflits de normes entre des populations dont la cohabitation est davantage subie que choisie, le travail de normativation met aussi en jeu des conflits de responsabilités entre institutions locales et locataires dans l’encadrement de l’ordre social. Animée par un registre capacitaire de l’action sociale, la « gestion » de ces tensions se retrouve alors déléguée à des professionnels de l’intermédiation, dont le travail alimente des processus de substitution ou de contournement des corps intermédiaires en présence dans la définition de l’ordre local.