Sur le même sujet
 

Ioana Iosa

Bucarest. L’emblème d’une nation

Éditeur : PU Rennes

Collection : Art & Société

Date : 24 mars 2011

Nombre de pages : 264 pages

ISBN : ISBN-13 : 978-2753512696

L’ouvrage conçu à partir de ma thèse de doctorat, affirme avant tout ma volonté d’inscrire l’apologie monumentale que représente le Centre civique de Bucarest dans une histoire urbaine et sociale. De ce fait, j’analyse les raisons qui ont guidé sa mise en œuvre et retrace le fil narratif de l’histoire bucarestoise, depuis la déclaration d’indépendance jusqu’à l’intégration européenne perçue comme reconnaissance suprême de l’Etat roumain.
Ce travail permet donc de saisir la cristallisation du besoin de réalisations monumentales synonymes d’émancipation, de progrès et de reconnaissance internationale, en accord avec la définition et la construction d’une capitale emblématique pour le jeune Etat roumain.
Il complète le peu d’études scientifiques traitant du Centre civique, à la fois emblème et stigmate en raison des efforts exceptionnels accomplis pour sa construction, et prouve que celui-ci est une articulation imparfaite entre ambitions politiques, stratégies architecturales, enjeux économiques et attentes de la société civile, ce qui me permet de reconsidérer l’idée selon laquelle l’aménagement du Centre civique se doit exclusivement à la mégalomanie de Nicolae Ceausescu, et l’envisager plutôt comme un projet emblématique, imaginé dès la fin du XIXe siècle comme symbole d’un Etat-nation progressiste et moderne.
Enfin, l’ouvrage aborde la question de la réception d’un ensemble « idéologiquement chargé » et met en lumière le besoin toujours actuel de construire des bâtiments prestigieux en accord avec l’engagement de la Roumanie postcommuniste dans une nouvelle quête identitaire.